Histoire de vampires

Quand j’ai commencé le job de flic je ne m’attendais pas à entrer dans un mode qui dépasse la fiction. Même à l’école de police ou je pensais avoir tout entendu, avoir été briffé sur pas mal de chose en passant du gore extrême à l’occultisme et le satanisme de bas étage, les histoires de vampires restaient du domaine de l’imaginaire. Et pourtant… Ceci n’est pas une histoire de vampires ordinaires, c’est la réalité.

C’était un lundi soir, un soir sans lune (je sais parce qu’après coup j’ai fait quelques recherches tout azimut sur des choses qui peuvent paraître absconses au commun des mortels dont je faisais parti). Oui vous avez bien lu le temps qui est employé dans cette phrase : « je faisais« .
Ne souriez pas et ne pensez pas non plus que moi, Jacques V., 45 ans, inspecteur depuis 7 ans dans une ville dont la commune ou s’est passé le drame est rattachée, j’ai perdu la raison. Je ne le pense sincèrement pas même si mon épouse est plutôt inquiète pour moi mais ca c’est une autre histoire et pour le moment je préfère vous raconter ce qui s’est passé, réellement déroulé ce Lundi 7 Juillet 2014. Je faisais comme tous les débuts de semaine une patrouille dans les rue calmes de ma ville (vous remarquerez que je ne préfère pas non plus la mentionner car je n’ai pas envie d’attirer l’attention des journalistes pour leur journaux à sensation.)
Et puis de toute façon qui nous croirait. Ah oui parce que j’ai oublié de vous dire que ma collègue a vue la même chose que moi, a subie la même attaque mais n’a pas les mêmes symptômes que moi. Pour quelles raison? Je l’ignore, une histoire de défenses immunitaires qui n’est pas le même sans doute.
En tous les cas ce n’est pas un médecin a ce niveau là qui pourra nous aider. Mais nous sommes liées par un terrible secret et ni elle ni moi n’avons forcément envie de nous livrer sauf que depuis une bonne semaine les choses ont changées. Ma collègue à subie de profondes mutations biologiques tant et si bien qu’elle est condamnée à l’heure où j’écris ses quelques lignes, à rester cloîtrer chez elle. Elle a une chance c’est d’être célibataire et pour le moment ne peut pas faire de mal a grand monde et encore moins à moi. Quand j’y repense je m’en veut d’être entré dans cette maison inhabitée située seulement à quelques centaines de mètres du village ou nous venions d’être appelé pour un vol. Pourquoi ais-je voulut inspecter cette demeure lugubre, pourquoi n’ais-je pas écouté Lara ma coéquipière qui me demandait, avant d’entreprendre toute investigation, d’appeler des renforts… et pourquoi suis-je entré en premier? Je n’y étais vraiment pas obligé, mais voilà on en revient pas en arrière, jamais c’est une réalité, la seule peut être. ET maintenant voilà qu’en ce moment même Lara est prisonnière volontaire chez elle, où avant qu’il ne soit trop tard elle m’a demandé de l’attacher avec de puissantes chaines. Mais qui résisterons jusqu’à quand? ET moi que dois-je faire? Je ne peux même plus mourir mais impossible de vus obliger à me croire, il faut juste, le vivre! A la question mais est-ce que les vampires existent?
J’ai peur de devoir répondre par l’affirmative.
Est-ce cool?
Suis-je sexy quand je mords mes victimes?
La réponse est : Arrêtez de croire ce que l’on écrit à ce sujet. Non il n’y a rien de cool dans la puanteur et cet état d’apesanteur et d’entre deux mondes. Tout est sombre et glauque, et si je me disais que j’ai tout perdu et rien à perdre, je devrais plutôt dire que j’ai tout perdu et ce n’est que le début d’une longue errance de souffrance. J’ai vu des choses hideuses tapies dans un des recoin de cette maison isolée. J’aimerais tellement la détruire mais je ne le peux pas quelque chose m’en en empêche. Et pendant combien de temps pourrais-je voir encore ma bien aimée Lara? La libérer de ces chaines seraient la pire des choses et il vaut mieux pour elle qu’on l’oublie mais je sais aussi que c’est impossible. Quand à moi je ne sais pas quoi faire où plutôt si, je vais retourner dans les combles de cette vieille maison, pour comprendre comment tout est arrivé et le plus curieux au moment même ou je vous le dis c’est qu’un sentiment que je n’avais plus depuis un mois apparaît de nouveau, celui de la peur de l’indicible et la peur de la souffrance, la peur de revoir ce qui m’a auparavant terrifié. J’aimerai tant que tout s’arrête. Je sais bien que vous aimeriez savoir ce que j’ai vu ce Lundi 7 Juin, je sais bien que vous aimeriez connaitre le nom de cette maison abandonnée dans ce village de province. Comprenez que ce n’est pas possible et restez bercé d’illusion à croire que les vampires sont des êtres erotico-attachants et sexy. Que c’est cool d’avoir des dents hypertrophiées et de faire peur les jours Halloween. Restez avec cette image naïve, c’est souhaitable. Quand à moi je dois vous laisser, je me sens las, je dois terminer un travail, dans une vieille maison abandonnée vous savez près du village. Je demande pardon à ma famille et à Lara, j’ai froid, j’ai faim et…

Je ne saurais que trop vous recommander la lecture de Dracula
un livre de légende.

Share Button